Poster un nouveau sujet   
Répondre au sujet

 Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Lun 25 Mai - 22:30



macbeth


Date du décès
15/08/1057

Cause de la mort
Il a été assassiné par Malcolm Canmore, futur roi d'Écosse sous le nom de Malcolm III, le fils de l'homme qu'il a tué pour s'emparer du trône d'Écosse. Un juste retour des choses.

Péché
Sa faute est impardonnable pour un guerrier de sa trempe, puis qu'il a été condamné à la damnation en raison de sa paresse.

Nationalité
Difficile d'attribuer une nationalité à une époque où le concept n'existe pas vraiment, le plus simple serait donc de le considérer comme écossais, puisqu'il est originaire de Moray et qu'il est devenu roi d'Écosse en 1040.

Prénom(s) & nom
Macbeth. Toute référence à un célèbre roi d'Écosse dont les exploits, et surtout les déboires, ont été immortalisés par Shakespeare et Verdi, lui échappe d'ailleurs totalement.

Âge d'apparence
Bien qu'il soit mort en tant que quinquagénaire, il affiche désormais une jeunesse éternelle. La plupart du temps, il semble avoir vingt-cinq d'apparence, soit la moitié de son âge initial. Mais il arrive également qu'il se présente sous les traits d'une fille de dix ans, de sorte qu'il est assez difficile de lui donner un âge fixe. En général, ça reste vingt-cinq ans, la plupart du temps.

Profession
Officiellement, il est secrétaire. Toutefois, si on observe un peu plus attentivement son travail, on se rend compte que c'est un peu plus compliqué que cela. En théorie, on pourrait s'attendre à ce qu'il ne s'occupe que de certaines tâches administratives, comme c'est fréquemment le cas pour un secrétaire, ou qu'il joue plutôt le rôle d'un assistant auprès de son patron. En pratique ? Macbeth fait absolument tout - et quand je dis tout, c'est presque à prendre au sens absolu du terme -, et n'est pas prêt d'être aidé par son fainéant de patron. Au fond, il se fait exploiter ; certes, mieux vaut travailler pour Caliban que d'errer dans les rues sans objectif, toutefois, cela vaut-il vraiment le coup de trimer comme une bête à la place... ? Lui semble que penser que lui, mais soyons honnêtes, c'est de l'esclavage. Mais vu qu'il ne semble pas s'en plaindre et qu'il obéit aveuglement à tous les ordres qu'il reçoit, on comprend bien que Caliban se serve de lui comme ça.

Signe(s) distinctif(s)
Quand il sort, on ne le voit jamais sans son masque à gaz. Il déteste l'air impur du quartier où il habite, méprise les drogues, et ne tient pas à ce que des saletés s'infiltrent dans son organisme.

Pouvoir
Il dispose de la capacité de changer d'apparence, de façon instinctive. Ce n'est pas vraiment quelque chose qu'il fait de façon consciente, cela lui vient naturellement, comme le fait de respirer. Disons qu'il n'a pas à se forcer pour se métamorphoser, sa volonté seule lui suffit. Il est capable de changer sa taille, son poids, son âge, et même son sexe ; en revanche, il conserve toujours ses cheveux roux et ses yeux bleus, mais lui-même ne sait pas s'il est incapable de changer ces couleurs, ou si c'est simplement dû à un manque d'envie de sa part. La plupart du temps, il apparaît sous la forme d'un jeune homme de vingt-cinq ans, toutefois, est-ce vraiment ce à quoi il ressemble véritablement.


What's the fuck is wrong with you ?!


Le grand guerrier qui se battait pour monter sur le trône d'Écosse est mort. Tout ce qui le rendait grandiose - ses ambitions démesurées, son énergie sur le champ de bataille, son port altier - a disparu, ne laissant plus que ses doutes et ses faiblesses profondes. Lorsque Macbeth a choisi de tout oublier, il est devenu différent. Car, si son péché est bien la paresse, on a désormais bien du mal à y croire, car l'ancien roi ne se tourne jamais les pouces. Le travail, c'est sa vie, une façon pour lui de corriger une ancienne erreur. Mais quelle erreur ? Pourquoi éprouve-t-il tant le besoin de s'acharner, de se tuer à la tâche, alors qu'au fond, cela ne lui apporte rien de concret ? Il ne le sait plus lui-même. Il sait simplement que c'est un besoin qu'il ressent, et qu'il se sentirait mal s'il ne faisait rien. L'inaction le tue, tout simplement. Elle l'amène à réfléchir sur lui-même, à se demander pourquoi il a choisi l'oubli - et il ne veut pas se souvenir de son passé, car sa simple évocation l'angoisse énormément. S'il a fait ce choix, c'est sans doute que c'était le meilleur. Le problème, c'est que sans souvenirs, Macbeth s'est vite retrouvé à la dérive, incapable de mener une vie correcte. Sa plus grande peur était de finir seul et désœuvré, et il aurait été prêt à n'importe quoi pour se trouver quelque chose à faire.

Il s'est très vite rendu compte qu'il avait toutes les qualités nécessaires pour le travail administratif. Macbeth sait parfaitement s'organiser, même s'il ne sait pas d'où il tient une telle qualité. Devoir gérer plusieurs choses en même temps n'est pas un problème, et sa mémoire, excellente malgré son amnésie, l'aide à avancer plus vite, puisqu'il n'a pas besoin de vérifier trente-six fois quelque chose pour être sûr de lui. Une fois qu'il a appris, il sait. Et Macbeth ne se trompe jamais : il connaît les procédures sur le bout des doigts - mieux que ne saurait le faire son patron. Et il faut dire que cela lui plaît, comme existence. Cela demande à la fois réflexion et automatisme, c'était exactement ce dont il avait besoin pour être heureux. Juste un peu de papier et d'ombre, même si les choses ne sont pas toujours très calmes - il y en a toujours pour venir lui hurler dans les oreilles, comme s'il était impossible d'adresser une réclamation sur un ton posé. Peu importe, car Macbeth n'est pas du genre à se laisser démonter. C'est très certainement un point qui agace beaucoup de personnes, mais il semble ne jamais se mettre en colère, ou être dérangé par des remarques désobligeantes. Il encaisse tout, imperturbable, et n'en retient que l'essentiel. Il laisse les paroles des autres lui glisser dessus telles de l'eau. Être dérangé pour si peu de choses, c'est lamentable. Macbeth a d'autres choses à faire que de se prendre la tête avec les autres, aussi fait-il preuve de flegme en toutes circonstances - y compris avec Caliban, ce qui n'est pas toujours évident. Ses capacités d'observation tendent également à agacer, car rien n'échappe à l'œil aguerri de Macbeth. La fraude, ça ne passe pas. Les erreurs, il les signale d'un ton froid, le ton qu'il emploie toujours. Elles ne sont que des cailloux qui viennent se glisser dans l'engrenage et le gener. A choisir, Macbeth préférerait ne pas avoir à se montrer aussi observateur, cela lui permettrait d'avancer plus vite dans son travail.

Macbeth paraît froid, presque inhumain. Il semble vivre dans la distance, ne jamais s'approcher des autres. Il évite les conflits au maximum. Il pourrait se battre. Il est taillé pour. Toutefois, pourquoi le ferait-il ? C'est une perte de temps, et les égratignures qu'il récolterait le ralentirait, le rendant moins efficace dans son travail. Et ses tâches, il tient à les effectuer scrupuleusement. Il emploie toujours un ton monocorde, ne dévoile que rarement ses émotions - en général, dans des moments où il est tout simplement incapable de lui refouler, car cela lui arrive. On ne l'a cependant jamais vu déborder de joie, de sorte que l'on se demande parfois si cette existence ne l'anesthésie pas un peu, le coupant ainsi d'un bonheur brutal et transcendant. C'est son choix, cependant.

Pourtant, Macbeth n'est pas un monstre. Juste un homme qui s'estime sauvé par un autre, et qui essaie de mettre ses ressources au service de celui à qui il doit, selon lui, tout. Son employeur actuel a été attiré par ses qualités de travail, n'est-il donc pas normal qu'il les exploite ? En cela, Macbeth se distingue de celui qu'il avait été autrefois, dévoré par l'ambition, incapable de suivre un autre. Le nouveau Macbeth n'aspire qu'à se noyer dans le travail, et ne voit aucun inconvénient à être le larbin de quelqu'un. Et puis que Caliban lui a donné une raison de vivre, un toit, un travail, Macbeth est prêt à se tuer à la tâche pour lui. Peu importe si c'est lui qui doit tout faire, le travail administratif et quotidien, car soyons honnête, il saura toujours mieux s'acquitter de ses diverses tâches que Caliban. Et c'est son boulot. Macbeth est bien conscient que, même si on le qualifie d'« assistant secrétaire », le terme d'« esclave personnel » serait sans doute plus approprié pour décrire ses fonctions réelles. Cela dit, le nouveau Macbeth est bien plus obéissant que ne l'était le premier, et se soumettre aux caprices d'un autre ne le dérange guère.

C'est que la reconnaissance de Macbeth est réelle, et que jamais, au grand jamais, il n'ira contre les décisions de son patron. Un exemple tout simple : Macbeth méprise la drogue, ceux qui la consomment et ceux qui la vendent. Il n'y touchera jamais. Et il lui arrive de lancer quelques remarques laissant clairement entendre sa désapprobation, y compris devant son patron. Pour autant, il ne lui viendrait jamais à l'idée d'agir contre ce business. Cela ne lui apporterait rien du tout, et de toute façon, ce n'est pas son rôle à lui. Il s'est juré d'obéir à Caliban et de le suivre quoiqu'il arrive. C'est un choix qu'il doit assumer. La seule façon, pour lui, de se faire pardonner ses erreurs passées, quand bien même il ne se souvient plus d'elles.

Ashes to ashes, dust to dust...


Sous son apparence, celle qu'il utilise la plupart du temps, et que l'on peut considérer comme sa forme « par défaut », celle dont l'on se servirait si l'on devait le décrire à quelqu'un cherchant à le reconnaître, Macbeth se présente sous la forme d'un homme à la chevelure roux foncé, plutôt courte pour des raisons pratiques, sans pour autant tomber dans l'ultra-court, qui nécessiterait un entretien un peu trop régulier, s'accordant mal avec la façon dont Macbeth répartit son temps de travail. Ainsi, ses cheveux ne se prennent pas dans les lanières du masque à gaz qu'il arbore dès qu'il sort dans le quartier, pour ne pas respirer toute cette fumée novice qui assaillit ses pauvres poumons. Il tire toujours ses cheveux en arrière, quand il travaille ou quand il sort ; le seul moment où il se relâche un peu, c'est lorsqu'il rentre, de toute façon, il n'y a plus que Caliban pour le voir, et ce dernier semble le préférer avec une coiffure plus naturelle. Qui plus est, son élégance se traduit également dans son style vestimentaire : costume, costume, et encore costume. Les couleurs et les coupes peuvent varier un peu, pas trop non plus, Macbeth préfère les teintes sombres qui sont plus neutres ; en revanche, tous ces costumes ont un point commun : ils sont toujours impeccables. Pas le moindre faux pli, la moindre tâche, et le blanc est éclatant comme au premier jour - on se demanderait presque s'il ne changerait pas de chemise à chaque fois, plutôt que de s'embêter à les laver et les voir grisailler.
Macbeth est grand, cela ne l'aide pas à se fondre dans la foule. Cette apparence culmine au mètre quatre-vingt-sept, ce qui constitue une taille plus qu'honorable. De toute façon, il n'est pas du genre à passer inaperçu, et pas uniquement à cause de la couleur de ses cheveux ou son masque à gaz : Macbeth, c'est quelqu'un que l'on remarque par sa prestance. Son visage est froid, indifférent ; il paraît blasé, toujours digne, et la seule réaction de surprise que l'on semble tirer de lui, c'est un simple clignement d'yeux. Son visage est curieusement lisse, comme si jamais il ne se plissait sous le coup de l'émotion. Macbeth a l'air glacial, et cela ne semble pas du tout le déranger, qu'on puisse le prendre pour quelqu'un d'inaccessible, au contraire. De toute façon, c'est ainsi que tout le monde le connaît. Et cela ne semble pas déplaire aux dames : celles-ci se retournent souvent sur son passage. Pourquoi, il ne le comprend, essayer de comprendre les goûts de la gente féminine est pour lui une perte de temps - il ne pourrait de plus pas en consacrer à une femme, alors inutile de répondre à leurs avances plus ou moins délicates. Macbeth ne cherche pas à plaire, juste à ressembler pleinement au secrétaire qu'il est.

Sa deuxième forme est celle d'une fillette de dix ans environ, un peu plus discrète en raison de sa petite taille et de son apparente ingénuité, mais reconnaissable également. Mêmes cheveux roux, mêmes yeux bleus. Et, comme l'homme, la fille a un air digne sur le visage, portant toujours des tenues raffinées, mais assez pratiques tout de même pour parcourir les rues. Ce n'est pas une apparence qu'il choisit pour son travail, en effet : il manquerait tout simplement de crédibilité. C'est pourquoi il adopte le plus souvent l'autre apparence, mais il aime bien celle-ci également. Il se sent à l'aise sous l'apparence d'un individu de sexe féminin. Il l'utilise en général pour détourner l'attention, pour ne pas être reconnu comme le Macbeth secrétaire. Et, quand il utilise cette apparence, il emploie les mots au féminin.

Tell me a funny fucking story.


« J’ai marché si avant dans le sang que si je cessais maintenant de m’y plonger, retourner en arrière serait aussi fatigant que d’aller en avant. J’ai dans la tête d’étranges choses qui passeront dans mes mains, des choses qu’il faut exécuter avant d’avoir le temps de les examiner. »

1020
Des rires retentirent non loin de lui, dans la grande salle où le chef du clan tenait sa cour, et le cœur de l'adolescent se serra en les entendant. Il n'aimait guère ces bruits indignes qui souillaient la solennité des lieux ; il aurait souhaité les effacer par la simple force de sa volonté, les réduire à néant ; mais il ne pouvait rien faire. Selon lui, c'est un silence sépulcral qui aurait dû s'emparer du lieu ; il n'était pas normal que la vie osât s'infiltrer avec tant d'insolence à la cour de son père, surtout en son absence. Il aurait voulu que tout le domaine fût en deuil, très certainement, comme lui l'était, indiscutablement.
Il accéléra le pas, comme s'il avait quelque chose de prévu - ce qui était totalement faux, la seule chose qu'il comptait faire en ce jour où il était dispensé d'entraînement était précisément de ne rien faire, si ce n'est s'éloigner un peu de la place forte pour se perdre dans la nature, s'allonger dans l'herbe et, surtout, rêver -, pour qu'on le laissât tranquille. Il n'était guère agréable d'être dans sa situation, après tout, il était le fils légitime d'un roi mort. Beaucoup trop proche du trône pour qu'il ne fût pas au moins placé sous surveillance. Il s'estimait déjà heureux d'être en vie ; en ces temps violents, quand on prenait la peine d'assassiner un homme, on avait tendance à se charger également de sa femme et de sa descendance. Toutefois, lui était toujours en vie - et assez sage pour ne pas tenter le destin.
Toutefois, ses bruits de pas n'étaient pas assez discrets pour les oreilles aux aguets, toujours en proie à la crainte d'être un jour victime d'une tentative d'homicide, et il se stoppa bien avant que l'on ne l'appelle.
« Macbeth ! »
Il se retourna lentement, et ses yeux se posèrent sur le visage désagréablement familier de son cousin Malcolm, flanqué de son cadet Gille. L'adolescent salua rapidement les deux hommes, veillant bien à conserver une expression aussi impassible que possible - depuis que son père était décédé, curieusement, cela lui était devenu beaucoup plus facile, comme s'il avait enfermé ses émotions à double tour au plus profond de son âme, pour ne plus avoir à en souffrir. Malgré tout, le regard du nouveau mormaer le mettait mal à l'aise. Il avait une lueur de meurtre au fond des yeux, Macbeth n'aimait guère cela.
« Pourquoi t'en vas-tu ? Allez, entre, je sais que tu es libre aujourd'hui ! »
L'adolescent réprima son agacement. Il était devenu de plus en plus difficile de faire ce qu'il souhaitait, il avait l'impression d'être sous constante surveillance désormais. Bien sûr que Malcolm ne lui faisait pas confiance. Il ne semblait pas penser que Macbeth pourrait nourrir un véritable grief contre lui : oui, le jeune homme semblait être un bon guerrier, mais il n'avait pas l'air d'en avoir le cœur, alors, sans doute, le trône ne l'intéresserait-il pas. A vrai dire, ce n'était pas une question à laquelle Macbeth lui-même pouvait répondre. Il n'avait guère envie de réfléchir à cela. Il ne faisait que fuir sa douleur, encore et encore. Et il n'avait pas la moindre envie de devoir affronter le meurtrier de son père.
« Je suis désolé, Malcolm, mais j'ai donné ma promesse que j'allais rendre visite à quelqu'un aujourd'hui. Je ne peux pas rester.
- Et on peut savoir qui est ce quelqu'un ? »
Personne, voyons - Macbeth n'était pas très doué pour mentir, et s'il avait donné un nom, il était certain que le chef aurait vérifié qu'il disait vrai. Il n'y avait malheureusement personne en qui l'adolescent faisait assez confiance pour lui demander de prétendre que la promesse existait bien. Toutefois, il ne se départit pas de son calme et répondit avec assurance :
« Je ne crois pas être obligé de te répondre. Mais si tu veux me parler, je serai là ce soir, tu pourras me poser toutes les questions que tu désires. »
Le compromis n'était pas trop mauvais, et Malcolm était assez intelligent pour le comprendre. Il acquiesça donc, toutefois, son regard était toujours animé de mauvaises intentions, le jeune homme pouvait le sentir.
« Va. Assure-toi d'être bien rentré pour le dîner, nous avons des invités aujourd'hui. »

Macbeth s'enfuit loin, très loin.
Plus loin qu'il ne l'avait jamais fait jusque là.
Parce qu'il préférait qu'on ne le vît pas, il poussa son périple jusqu'à atteindre un bois qu'il ne connaissait pas réellement, il était seulement déjà passé devant à l'occasion d'une chevauchée. C'était la première fois que Macbeth pénétrait dans l'orée du bois, découvrant un asile de verdure et de lumière - ce qui l'étonnait, car en général, les arbres tendaient à assombrir l'air, mais ce n'était pas le cas ici. Des feuilles mortes et des branches craquaient sous ses pas. Il se sentait en confiance. Il s'enfonça dans le bois, ne prenant pas la peine de repérer les lieux ; tant pis s'il se perdait, il aurait une bonne excuse pour rentrer tard. Il se fia à un bruit familier, celui de l'eau qui ruisselle sur des pierres usées... Un ruisseau devait couler non loin de là.
Macbeth finit par le trouver, et s'assit sur un rocher, contemplant son reflet dans l'eau - reflet imparfait, brisé, presque invisible, mais il pouvait se devenir dans cette tâche couleur chair et roux qui se détachait de la surface. Il en avait assez. S'il avait le courage, il se vengerait de son père. C'était son devoir, en tant que fils, il le savait ; personne d'autre n'irait le faire à sa place. C'était même la raison pour laquelle il ne devrait pas être en vie.
Et pourtant, s'il respirait encore, ce n'était pas pour rien.
Malcolm n'avait pas tort. Macbeth n'avait pas la volonté nécessaire pour venger son père et récupérer le trône qui lui revenait de plein droit.


1032
Comme il était agréable, ce feu qui léchait les murs de la résidence de Gille. Oh, comme il aimait le spectacle de cette destruction immonde, il n'aurait pas pensé qu'il pourrait y prendre goût un jour. Un guerrier apprenait à accepter de voir le sang couler, le sien comme celui de son ennemi ; la vue d'une tête coupée ou d'un membre tranché, d'entrailles cherchant à s'échapper d'un ventre fendu, était certes écœurante, mais on s'y faisait - et puis, avec les différentes armures, les tripes sortaient rarement, c'était vrai. Mais il apprenait quelque chose de nouveau, ce jour-là : qu'il pouvait aimer le feu. Il était le seul à ne pas s'inquiéter des conséquences. Non, c'était plutôt qu'il n'y avait rien à craindre - lui en tirerait certainement profit.
Combien de personnes étaient-elles mortes, quelques unes brûlées, la plupart asphyxiées, dans cet incendie qui n'avait rien d'involontaire ? Cela se comptait très certainement pas dizaines. On disait que c'était une initiative du roi des Scots, Malcolm - comme le défunt frère de l'infortuné Gille. Les rumeurs allaient bon train à ce sujet. Certaines disaient que c'était de sa faute, à lui, Macbeth ; après tout, c'était lui qui allait hériter du trône, en tant que fils de chef. Il n'était donc pas idiot de penser qu'il portait une part de responsabilité, surtout quand on le voyait observer les flammes d'un air extatique.
Et, ma foi, c'était loin d'être une assertion fausse.
Toutefois, s'il y avait une critique à faire, ce n'était très certainement pas celle-là. Le fait d'assassiner un parent pour obtenir le pouvoir était un fait parfaitement toléré par les bonnes mœurs, non un crime ; même coupable, Macbeth ne faisait rien qui aurait pu le vouer à la damnation. Non, le problème, c'était la méthode. Un incendie, c'était plutôt lâche ; rien de très glorieux, cela dit, un assassinat n'avait rien de glorieux. Certes. Mais il ne s'était même pas embêté à tuer son ennemi. Il avait laissé le feu faire toute son œuvre, et s'était contenté de regarder passivement.
Ce fut le premier péché de Macbeth.

Plus tard, Macbeth organisa son mariage avec la veuve de son cousin, nommée Gruoch - et dont la postérité se souvient surtout d'elle sous le nom de Lady Macbeth. La cérémonie se déroula très rapidement, et les festivités furent longues et fort alcoolisées. Pourtant, au milieu de l'euphorie générale - peu importe le motif, une fête restait une fête, c'était ce que disait beaucoup des convives -, Macbeth n'arrivait pas à retrouver le sourire. Il avait beau s'efforcer d'être affable et de répondre gentiment à tous les vœux qu'on lui adressait - vœux parfois hypocrites, d'autres fois sincères, mais le nouveau roi ne parvenait pas vraiment à distinguer les deux, ce qui l'ennuyait beaucoup -, il n'était pas d'humeur à festoyer, et avait à peine trempé ses lèvres sa coupe. Si les serviteurs veillaient à ce que personne ne manquât de boisson, personne n'avait eu encore à le resservir. La plupart des convives étaient trop ivres pour s'en rendre compte. Il y en avait, au moins, qui profitaient de la fête...
Gruoch sentit que l'attention de son nouveau mari allait décroissant. Voilà qu'il recommençait à se perdre dans ses pensées - ou ses calculs, on ne savait jamais véritablement à quoi il pensait -, ce qui ne lui convenait certainement pas : était-ce là une façon d'honorer une épouse ?
« Quelque chose vous ennuie-t-il, seigneur ? » : lui demanda-t-elle en lui chuchotant l'oreille, pour ne pas risquer que quelqu'un d'autre l'entendît.
En retour, il lui asséna un regard glacial, presque méprisant, un regard qu'elle n'avait eu l'occasion de voir qu'à une seule reprise : quand il observait son précédent mari. Les lèvres de Macbeth étaient tordues dans un sourire bizarre ; on sentait qu'il s'était forcé à les étirer pour ne pas avoir l'air trop morne au sein de l'assemblée festive.
« Rien dont vous n'ayez à vous soucier. C'est juste que.... » Il la lâche du retard pour observer la foule qui s'amusait tout autour d'eux, sans se départir de son regard distant.
Il n'en fallait pas plus pour attiser vivement la curiosité de sa femme.
« Quoi donc ? Vous pouvez m'en parler, vous savez, je serai votre confidente désormais. »
Le faux sourire se déforma un instant, mais très vite, Macbeth combla cette fissure et endossa à nouveau son masque. L'idée d'avoir une confidente devait lui être étrange, il ne semblait pas être le genre d'homme à s'être jamais fié à quelqu'un. Toutefois, elle pouvait voir qu'il ne la rejetait pas, comme s'il considérait sérieusement son offre. Après tout, derrière chaque grand homme se cache toujours une femme...
« Eh bien, tout cela me paraît un peu étriqué. » Elle comprit mieux pourquoi il ne la regardait plus : son regard englobait l'intégralité de la salle, et il ne fallait pas s'étonner qu'il la trouvât plutôt petite. « Je sens que je pourrais faire beaucoup plus que cela. Que je ne peux pas me limiter à ces seules terres. »
Un projet de conquête ? Voilà qui lui plaisait bien. Pour une femme de chef, il y avait un certain prestige que l'on pouvait retirer des exploits du mari. C'était une des façons de se faire une place dans une société qui était surtout dominée par les hommes. Gruoch était donc plutôt contente d'entendre Macbeth avouer à demi-mot qu'il comptait bien devenir un souverain encore plus grand encore.
« Et qu'est-ce qui vous en empêche ? » : glissa-t-elle d'un ton qui sous-entendait qu'il n'y avait pas le moindre obstacle à cette ambition.
Cependant, à sa grande surprise, Macbeth ne réagit pas du tout comme elle l'attendait. Au lieu d'approuver, ou de sembler s'en réjouir, il se rembrunit davantage. Plus de sourire sur le visage, désormais : il ne semblait même plus vouloir faire cet effort. C'était étrange. Cela ne ressemblait pas à l'attitude qu'adopterait un futur conquérant.
« La motivation, tout simplement. » : avoua-t-il avant de se lever pour s'éloigner d'elle.
Elle resta donc seule à leur table, songeuse. Elle ne comprenait pas. Son époux était-il en train de lui dire que ce qui le gênait désormais, c'était un manque de volonté ? Oh, elle avait envie de rire. Comme il était stupide de ne pas concrétiser ses rêves simplement parce qu'on n'en avait pas l'envie...
Elle allait devoir le soutenir, s'ils voulaient arriver à quelque chose.


1040
Il semblait que le roi d'Écosse Duncan avait sous-estimé les qualités de son opposant.
On pouvait dire ce que l'on voulait sur Macbeth. En tant qu'homme, il avait certainement beaucoup de défauts - et ce n'était pas sa femme qui allait contredire ce fait, d'ailleurs. Il avait tendance à toujours faire le strict minimum, parfois en faisant courir de graves dangers à son entourage - et visiblement, cela ne semblait pas du tout le déranger. Les hommes du Moray avaient vite compris comment était Macbeth. Il ne fallait pas l'embêter, tout simplement, il détestait cela. Toutefois, sur le champ de bataille, il se montrait différent. Il se battait férocement, de sorte qu'il était bien difficile de lui résister. Qui plus est, il était un bon stratège ; c'était un homme visiblement intelligent, le genre d'homme qu'on imaginait très bien mener d'ignobles complots contre un roi - après tout, il avait déjà tué son cousin, même si officiellement, ce n'était pas de son fait, bien sûr. Et, quand Macbeth menait une campagne, il revenait toujours en héros.
Ses relations avec Duncan étaient plus ou moins cordiales, en fonction des moments ; mais assez toutefois pour que le roi lui fît confiance. Macbeth était très certainement loyal, voilà pourquoi il n'avait vu aucun problème à lui confier le commandement de ses troupes.
Sans doute est-ce pour cela que, lorsque la Norvège entra en conflit avec l'Écosse, Duncan n'hésita pas à envoyer à nouveau son fidèle Macbeth. Le commandant avait, comme à son habitude, protesté qu'il n'en avait nulle envie, toutefois, ses plaintes n'y firent rien, et il dût se battre contre les troupes qui avançaient dans leur direction. Ceux qui eurent l'honneur de combattre à ses côtés racontèrent beaucoup de choses à son sujet. Notamment une fois où Macbeth fit preuve d'un courage exemplaire et réussit à ravir la victoire à ses opposants, pourtant partis favoris. On vous raconterait alors comment le guerrier roux, sans se soucier des pertes qu'il avait subies face aux troupes ennemies, avait décidé de se lancer dans une charge héroïque, afin que leurs alliés ne fussent pas morts en vain. C'était une idée qui semblait beaucoup le perturber, le fait que l'on pût mourir sans raison. Il y était allé seul, d'abord - personne n'osait le suivre. Mais le spectacle de cet homme seul sur son cheval, prêt à affronter l'ennemi mille fois plus nombreux que lui, sans se soucier de son propre destin, redonna du cœur à ses troupes. Ce jour-là fut sans doute la plus grande bataille qu'il eût jamais menée.
« Ce n'était plus un homme, disait-on, c'était un dieu de la guerre. »
Et il était vrai que sa seule présence galvanisait les troupes et leur redonnait l'espoir. Macbeth se forgeait une réputation de guerrier impitoyable et puissant, une réputation digne d'un roi - ce rêve secret que l'homme caressait, sans l'avoir jamais admis ouvertement à une autre personne que sa femme. Il était, disait-on, l'incarnation du combattait, et on n'aurait su imaginer meilleur chef de guerre que lui.
Mais bon, c'était surtout dû à ses exploits sur le champ de bataille. Quand il ne se battait pas, Macbeth avait une fâcheuse tendance à passer ses journées au lit.

Ses ambitions n'étaient pas éteintes. Quelques braises brûlaient encore, ensevelies sous des couches de cendre froide. Lorsque Macbeth revint vers Duncan, ce fut avec un visage ennuyé et las ; et les murmures ne tardèrent pas à se répandre à son arrivée. Était-ce là l'homme victorieux qui avait vaincu leurs ennemis ? un vainqueur pouvait-il revenir avec une telle expression de dédain, comme s'il était blasé ? Ce n'était guère le genre d'image que l'on souhaitait rester gravée à jamais. Pourtant, on n'hésita pas à le féliciter quand il arriva vers le roi d'Écosse, et lorsqu'il descendit de selle, Macbeth fit l'effort d'afficher un sourire feint, mais qui suffisait aux autres.
La chevauchée l'avait éreinté, il était moulu de fatigue et perclus de courbature. Il n'avait pas été gravement blessé lors de ses batailles, mais quelques égratignures et autres blessures mineures le tançaient. Il avait besoin de repos, et vite - Macbeth n'aimait pas du tout le fait de devoir attendre avant de pouvoir rejoindre son lit, et la femme qui l'y attendait. Toutefois, il savait qu'il ne pouvait pas se défiler. Il avait conscience de ses responsabilités, et ce depuis longtemps ; avait-il seulement jamais été vraiment libre, un jour ? Il se souvint vaguement de journées passées dans la nature, mais cela lui paraissait si loin désormais. Et puis, il commençait à sentir rattrapé par l'âge. Il avait environ trente-cinq ans, ce qui, pour l'époque, constituait déjà un âge fort correct. Macbeth sentait déjà qu'il perdait un peu de sa vitalité, de ses réflexes. Et à vrai dire, il s'en souciait assez peu, du moment qu'il arrivait à tenir sur un champ de bataille, c'était tout ce qui lui importait. Ses rêves de grandeur étaient moins précis, désormais, plus flous. Mais pas totalement absents, jamais.
Lorsqu'il se présenta contre son roi, il se montra silencieux, comme toujours. On aurait dit que parler lui coûtait de l'énergie, et qu'il ne désirait pas accepter une telle dépense. Il accepta placidement les éloges qui lui étaient adressés, essayant de cacher le fait que toutes ces paroles l'écœuraient plus qu'autre chose. Il ne se reconnaissait pas véritablement dans l'image du guerrier que l'on faisait que lui. Était-il vraiment si brave ? Il n'en avait pas l'impression. Lui se battait au mieux pour pouvoir achever la bataille au plus vite ; était-ce une raison pour le considérer comme un héros ? Il n'allait cela dit pas en discuter. Il préférait laisser le discours se poursuivre, encore et encore, jusqu'à ce qu'un point attirât son attention.
« Et, à compter de ce jour, je fais de Macbeth le nouveau baron de Cawdor. »
Ce fut à ce moment-là que Macbeth leva son regard blasé vers le roi Duncan. Baron ? On lui donnait donc un nouveau château, et avec lui les terres qui en dépendaient, les paysans qui travaillaient dessus, et bien sûr la gloire de disposer d'un titre supplémentaire ? C'était ce qu'il recherchait, et il remercia humblement de lui faire cet honneur. Il était alors l'image de l'homme comblé, se réfugiant dans l'humilité pour ne pas effrayer l'assemblée de sa joie.
Oui, mais...
Alors même que Macbeth s'inclinait gracieusement en guise de remerciement, son cœur était en proie à un affreux tumulte. Son rêve secret se rappelait à lui, et de façon plutôt douloureuse. Qu'était-ce donc que Cawdor ? une terre parmi d'autres. Oui, il augmentait ses possessions territoriales, mais ce n'était pas assez, c'était diablement peu. Il en voulait plus. Beaucoup plus qu'un titre à superposer au sien ; il en voulait un nouveau qui dépassât celui dont il disposait. Il savait qu'il pourrait l'obtenir, avec du temps et du labeur. S'il continuait de servir ainsi Duncan, Macbeth avait une chance de devenir un seigneur encore plus grand encore. Toutefois, le feu de la jalousie le brûlait. Pourquoi devait-il faire tant d'efforts pour obtenir ce que d'autres possédaient dès leur naissance ? Quel intérêt avait-il de risquer sa vie sur le champ de bataille, limitant ainsi ses chances de devenir vieux et de jouir de nouvelles possessions intéressantes ? Non, tout cela ne convenait pas à notre héros, il comprenait bien qu'il n'aurait la patience d'attendre autant de temps. Encore moins l'envie de le faire. Macbeth voulait tout obtenir, de façon rapide et efficace. Moins cela lui demandait d'efforts, et mieux cela valait.
Mais il cacha ses pensées au plus profond de son cœur, et adopta le masque de la satisfaction.

Macbeth étant le héros de cette campagne, le roi trouva donc de bon ton de s'inviter chez lui - et Macbeth accepta sans hésitation, quand bien même il n'avait guère envie de l'accueillir en son humble demeure. Déjà, une idée commençait à naître dans sa tête. Une mauvaise idée, bien évidemment. Quelque chose qui changerait très certainement le cours de son destin. Alors il avait dit oui au roi, et, pendant que tout le monde se préparait à ce qui s'annonçait être un magnifique dîner, Macbeth commença ses préparatifs. L'idée devenait de plus en plus obsédante ; elle le martyrisait même, tant elle refusait de le lâcher. Je vais devenir fou, se dit-il en comprenant à quel point il était déterminer à aller au bout de son plan. Parce qu'il avait trouvé le moyen de concrétiser ses ambitions, et ce, sans y mettre beaucoup d'efforts. Un peu d'argent lui suffirait ; et ce n'était guère un problème, car de l'argent, il en avait.
Restait à convaincre Gruoch du bien fondé de son plan. Et, à sa grande surprise, quand il lui annonça qu'il comptait tuer le roi, elle ne le rejeta pas de toutes ses forces. Au contraire, elle l'étudia soigneusement, considérant avec sérieux sa suggestion.
« Ma foi, finit-elle par dire, je suis rassurée que vous ayez enfin pris cette décision-là. »
Macbeth observa sa femme avec incompréhension. Ce qui était, au départ, un mariage essentiellement politique était devenu une union sincère. Il aurait été faux de dire qu'il n'aimait pas sa femme. Lady Macbeth disposait d'une force de caractère exceptionnel, et sans elle, les terres de Macbeth ne seraient pas aussi bien gérées. Elle avait beaucoup de volonté, contrairement à lui, et quand elle se fixait un objectif, elle faisait tout pour l'atteindre. En cela, elle était son opposée, et c'était sans doute pour cela que son époux éprouvait beaucoup de respect pour elle. Toutefois, il ne s'était pas attendu à ce qu'elle l'approuvât.
« Je vous parle de haute trahison. Si nous échouons, c'en est fini de nous. Avez-vous seulement conscience des risques ?
- Oh, oui, très certainement, répondit-elle. Mais je vous connais, Macbeth, vous êtes bien plus forts que vous ne le laissez entendre. Je sais que sous votre conduite, le plan réussira. Vous êtes un bon stratège. »
Elle n'avait pas tort. Macbeth était un homme intelligent, il saurait très certainement comment se débrouiller pour que le roi mourût sans qu'on pût le lui reprocher, et encore plus se frayer un chemin jusqu'à la royauté. Ce n'était pourtant pas évident : Duncan avait un fils. Toutefois, elle ne devait pas douter un seul instant que son époux trouverait une solution au problème - et elle n'avait pas tort : puisque c'était la solution la plus facile, le moins que Macbeth pouvait faire était de se lancer à corps perdu dans cette tentative.
« Et vous ne vous interrogez pas sur mes motivations ? Moi qui suis très certainement considéré comme l'homme le plus loyal de toute l'Écosse ? »
Là encore, Macbeth ne disait rien de faux : personne n'envisageait une trahison de sa part, tant ceux qui le prenaient pour un homme vertueux et juste que ceux qui avaient compris quelle était sa véritable nature - les derniers pensant qu'il n'avait pas l'énergie nécessaire pour penser à la trahison. Eh bien, ils se trompaient. Toutefois, Gruoch était la mieux placée pour comprendre comment Macbeth fonctionnait.
« Je sais que vous désirez être roi d'Écosse, je l'ai compris dès notre mariage. Il y a peu de gens aussi ambitieux que vous, Macbeth, mais la plupart font tout pour parvenir à leurs fins. C'est pour vous la voie la plus facile et c'est pour cela que vous l'avez choisie. Vous aimez votre honneur, mais vous avez une incroyable tendance à la paresse, pour un guerrier. »
Macbeth éclata de rire en entendant cela. La paresse ? c'était bien la première fois que l'on invoquait la paresse pour expliquer ses décisions. Pourtant, il sentait que ce n'était pas tout à fait faux. N'était-il pas le partisan du moindre effort, préférant se dépenser durant la bataille pour que celle-ci durât le moins longtemps possible ? N'avait-il pas tendance à pester à chaque fois qu'il devait accomplir une tache parce que tel était son devoir, quand bien même il refrénait son agacement en public ? Elle n'avait pas tort, mais elle était sans doute la seule à se rendre compte qu'elle avait raison - personne d'autre ne la croirait.
« Dans ce cas, il est temps pour nous de nous mettre au travail. Nous devrons tuer Duncan au moment où il s'attendra le moins. Nous aurons besoin d'hommes pour nous occuper de sa garde rapprochée.
- Et de drogues, ajouta sa femme. Un guerrier drogué ne saurait se battre.
- Vous marquez un point. Il vaut mieux ne pas prendre le moindre risque à ce sujet. »
Sans compter que c'était beaucoup plus simple s'il n'avait pas à se battre. Ce n'était pas qu'il détestait se battre, en fait, mais c'était tout de même fatiguant. S'il avait choisi la voie du meurtre, c'était précisément pour s'épargner cette fatigue.

Lors de la réception, Macbeth se montra l'hôte le plus agréable qui fût, de sorte qu'il n'éveilla pas un seul instant les soupçons. Il semblait même particulièrement enjoué, comme si rien ne pouvait lui faire plus plaisir que la présence du roi sous son toit... ce qui n'était d'ailleurs pas totalement faux, au vu des circonstances. Assis à côté de Duncan, Macbeth ne cessait de l'abreuver du récit de ses exploits au cours de la dernière chevauchée, qu'il contait avec une modestie feinte. En vérité, il comptait bien l'éblouir : plus il agitait sa fidélité sous le nez, et moins les soupçons d'une potentielle trahison étaient crédibles. Le seigneur ne cherchait qu'une seule chose, montrer à son roi qu'il ne pouvait pas avoir meilleur allié que lui. Et puis, en parlant de choses qu'il connaissait bien, il limitait le risque de faire une erreur et de révéler ses plans par lapsus. En somme, cette réception fut l'une des plus belles que l'on eût jamais vues alors dans le château de Macbeth ; et sans doute n'y en aurait-il jamais de plus belle.
Ce fut aussi la plus sanglante de toutes, naturellement.
Vint le moment où les convives commencèrent à piquer du nez. Vu l'heure, ce n'était guère suspect ; toutefois, leur sommeil était volontiers accentué par quelque drogue que l'on avait pris soin de glisser dans chaque verre. Seuls Macbeth et son épouse étaient épargnés. Le moment de boire et de manger s'achevaient, et Macbeth proposa à chacun des invités de rejoindre leur chambre. Il escorta personnellement le roi jusqu'à la sienne, qui était la plus grande et la mieux aménagée que l'on pouvait trouver dans son château ; c'était là l'honneur réservé à un souverain. Macbeth observa Duncan s'affaler lamentablement sur son lit, trop faible pour réfléchir au danger qu'il courait. Il pensait sincèrement être en danger, et lorsque Macbeth lui souhaita de passer une bonne nuit, il ne put s'empêcher de sourire. Cette nuit serait la dernière.
Il fit mine d'aller se coucher également, et quand il fut certain que tout le monde, grâce à l'effet de ses opiacés, était profondément endormi, il sortit de sa chambre en compagnie de sa femme.
« Êtes-vous sûre que même les gardes sont endormis ? » : lui demanda-t-il, sachant que c'était elle qui s'était occupée de cette partie du plan.
Elle acquiesça vivement, avant d'ajouter :
« Soyez prudents. Êtes-vous vraiment obligé de faire cela vous-même ?
- Il n'y a aucun autre à qui je puis confier cette tâche. Et puis, si je veux devenir roi moi-même, ne dois-je pas tuer moi-même mon prédécesseur ? »
A vrai dire, cela le surprenait lui-même. C'était beaucoup d'efforts, mine de rien, que de s'infiltrer dans une chambre pour poignarder quelqu'un. Et voilà que Macbeth comptait tuer le roi de ses propres mains - parce que c'était un symbole. Il ne se reconnaissait pas lui-même. Voilà ce que c'était, que de choisir la solution de facilité, cela lui donnait envie de se dépenser un peu.
Ce serait sans doute la seule fois où Macbeth tiendrait le poignard lui-même - la prochaine fois, il comptait engager des assassins, car oui, il comptait bien recommencer.
Il n'avait pas besoin de faire attention à ses déplacements, toutefois, dans la mesure où il allait prendre de gros risques, Macbeth préféra se faire le plus discret possible. Il s'était changé dans sa chambre, ayant enfilé des vêtements noirs - il lui semblait que c'était de circonstances, et puis, sa tenue de banquet était trop fastueuse et trop reconnaissable pour cela. Il n'eut aucun mal à se rendre jusqu'à la chambre du roi, et les gardes censés veiller sur son sommeil s'étaient assoupis également, incapables de résister aux effets de la drogue. Cela tira un sourire sur le visage de Macbeth, alors même que celui-ci franchissait le seuil de la pièce. Tout était sombre, seule une chandelle permettait de distinguer la silhouette allongée d'un homme sur le lit. Posant soigneusement ses pieds bottés sur la pierre, Macbeth s'approcha de Duncan, et s'assit à côté de lui, fasciné par la vision du roi endormi. Il ne put s'empêcher de passer les doigts dans sa chevelure, un instant, juste pour voir s'il allait se réveiller - mais ce fut à peine s'il bougea. Il ne se réveillerait pas, et son fidèle commandant allait veiller à ce qu'il en fût toujours ainsi.
« N'y vois rien de personnel, chuchota-t-il dans la pénombre. Cela ne fait que nous épargner du temps, à toi et à moi. Je suis certain que toi aussi, tu es fatigué par ton existence. »
Fatigué de vivre, voilà ce que Macbeth voulait dire. Quand il voyait à quel point Duncan se démenait, il se disait toujours que ce n'était pas possible de disposer d'autant d'énergie. Il était destiné à mourir jeune, c'était ce dont le seigneur de Moray se rendait compte. Comment faire des yeux quand on se dispersait tant ? Alors il avait décidé que le roi ne voulait plus vivre.
« Si tu savais comme je t'ai jalousé, mon cher Duncan... je t'ai envié sans même avoir le cran de me l'avouer. Jamais je n'aurais pu penser que ce que je voulais, c'était ni plus ni moins que ta place. » Il se releva, agrippant plus fermement le manche de son poignard. « J'aurais mieux fait de te défier en duel. Ou d'attendre que tu m'honores. Mais je suis fainéant, c'est ce que dit ma femme. Alors autant en finir tout de suite. »
Il plongea alors le poignard dans la chair du roi.
Macbeth avait déjà tué beaucoup d'hommes. C'était un guerrier, après tout, délivrer la mort était devenu naturel. Toutefois, il sentit que ce qu'il faisait était étrange. Il ne sentait pas la moindre résistance. Il n'y avait pas d'yeux ouverts pour le regarder pendant qu'il le précipitait vers sa fin. C'était... lâche, tout simplement. Ce ne serait jamais un acte dont il pourrait se vanter, jamais. Il ne pensait pas s'inquiéter vraiment des questions d'honneur, c'est vrai, toutefois, il n'était pas sûr qu'il arriverait vraiment à surmonter ces étranges émotions que cet acte soulevait en lui.
Quand il s'éloigna du corps encore chaud, Gruoch se tenait sur le pas de la porte, observant son époux agiter un poignard plein de sang.
« Et me voilà régicide. » : lui dit-il simplement.

Les rumeurs secouèrent la maisonnée, le lendemain. Le roi avait été assassiné dans ses sommeils par ses propres gardes ! Voilà ce que tout le monde disait, et Macbeth, pâle d'avoir passé une nuit blanche, s'efforça de rassurer tout le monde.
« Nous ne pouvons pas laisser ce crime odieux impuni, déclara-t-il avec une telle fougue qu'il semblait impossible de douter de son innocence. Nous ne laisserons pas les assassins s'en tirer comme cela. C'est de notre roi bien-aimé qu'il s'agit ! »
Des larmes coulaient le long de ses joues, mais elles n'étaient pas destinées à Duncan. Pour autant, elles n'étaient pas fausses. Macbeth et sa femme avaient passé une nuit affreuse, assis dans leur chambre car ils ne parvenaient pas à trouver le sommeil. Les yeux de Gruoch étaient exorbités ; elle qui était toujours si forte paraissait perturbée par l'idée que c'était le roi qu'ils avaient tué. Elle avait murmuré des choses incompréhensibles la nuit durant. Macbeth lui-même s'était senti trop nauséeux, il aurait été incapable de la consoler.
Avait-il pris la bonne décision ? Ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne devînt roi, toutefois, il commençait déjà à être envahi par le doute. S'il devenait roi, n'aurait-il pas plus de responsabilités ? Le fait d'avoir été si rapide et d'avoir choisi une solution aussi simple n'impliquait-il pas qu'il devrait désormais continuer ses efforts, à présent qu'il était si proche de son rêve ? Ce n'était pas une question qu'il avait réellement envisagée jusque là. Il se souvenait encore de ses mains poisseuses de sang. Il les avait nettoyées, mais il avait l'impression qu'elles étaient toujours rouges. Ce n'était qu'un effet de leur imagination, vu qu'elles avaient recouvré leur pâleur originelle ; mais Macbeth ne parvenait pas à se défaire de l'image.
Il avait peur.
Mais il ne pouvait pas se laisser aller, surtout pas quand sa femme menaçait de s'effondrer à tout instant. Avant de quitter leur chambre, il lui avait demandé :
« Et nous continuerons, je présume ? »
Elle avait levé son visage blanc, paniqué, et elle avait acquiescé. Rien n'était terminé, tout ne faisait que commencer.


1057
Pour le roi Macbeth, la vie avait perdu de sa saveur.
A ses yeux, tout s'était teinté d'écarlate. Il ne cessait de voir cette affreuse couleur partout où il tournait ses regards, et il n'en pouvait plus. Il avait cessé de porter cette teinte à cause de cela, et lorsqu'un courtisan paraissait devant lui, en portant du rouge, il le renvoyait de façon discourtoise, sans jamais expliquer son geste. On le disait du coup lunatique, un homme qui ne suivait pas toujours le bon sens. Mais on le respectait. Cet homme était un héros, après tout, un véritable guerrier, et le seul homme qui aurait pu suspecter à feu Duncan. A le voir, assis sur son trône le dos droit, l'expression froide et déterminée, on devinait tout de suite qu'il avait la force nécessaire pour mener un royaume.
Mais sa froideur n'était que du vent. Macbeth était las et fatigué, et chaque jour, il sentait le poids des ans alourdir un peu plus le fardeau qu'il portait sur ses épaules. Combien de temps encore avant que ses articulations ne commencent à le faire souffrir ? Combien de temps avant que ses cheveux ne grisaillent complètement, pour virer au blanc et tomber de sa tête tels de mornes flocons de neige ? La décrépitude faisait peur à Macbeth, et il craignait la vieillesse qui menaçait de le prendre dans ses bras. Plus le temps passait, et plus il lui devenait dur d'assumer sa fonction. Toutefois, ce qui le faisait sans doute le plus souffrir, c'était l'idée qu'il n'était, au fond, qu'un meurtrier, un usurpateur. Il était le mal, dans cette histoire ; et bien sûr, il ne pouvait que craindre qu'un autre désirât lui ravir sa place. C'était ce qui lui faisait le plus peur, d'être détrôné par quelqu'un qui agirait comme lui.
Sa souffrance n'était cependant rien à côté de celle de sa femme. Elle qui lui avait toujours paru volontaire, prête à tout pour arriver à sa faim, elle se révélait bien plus fragile qu'elle ne le paraissait. Elle ne pouvait accepter cette mort, la première d'entre toutes, celle du roi dans laquelle elle avait trempé. Après cela, elle n'avait plus jamais été la même. Elle ne souriait plus, elle ne songeait qu'au meurtre, et parfois, de douteux aveux s'échappaient de ses lèvres. Macbeth la regarda sombrer dans la folie. Lentement. Sans rien pouvoir y faire. Les deux époux, toujours complices jusque là, s'étaient éloignés. Elle ne supportait plus qu'il la touchât, éclatant en sanglots dès lors qu'il posait la main sur sa peau. Sauf, bien sûr, dans ces moments-là, ces moments où elle ne faisait plus la part entre rêve et réalité, et n'avait plus conscience de ce qui s'était passé. Elle était presque heureuse, dans ces moments-là, elle oubliait le régicide et parvenait à accepter sa situation de reine, celle-ci étant devenue légitime à ses yeux. Elle regardait alors Macbeth avec des yeux plein de tendresse, presque tentatrice, comme si elle se réjouissait sincèrement de le voir.
« Oh, Gille... »
Mais ce n'était pas lui qu'elle voyait. Elle songea à l'époux qui n'avait jamais commis le meurtre d'un roi, l'époux qui n'était pas digne d'elle, mais qui ne l'avait pas souillée.
Il ne savait pas que faire pour l'aider. Il ne pouvait pas s'aider lui-même, Macbeth. Et puis, en avait-il vraiment envie ? S'il tendait la main à sa femme, il serait forcé de faire des efforts auxquels il ne pouvait consentir. Il aurait pu lui mentir en disant que leur acte n'était pas si grave que cela, qu'ils pouvaient encore atteindre le bonheur ensemble, qu'ils avaient atteint l'objectif qu'ils s'étaient fixés. Toutefois, cela n'aurait servi à rien. Elle l'aurait regardé de ses yeux vides, et il aurait dû s'acharner pour essayer de la convaincre.
C'était trop lui demander.
Alors il la regarda sombrer seule, se concentrant uniquement sur ses propres problèmes. Son amour ne pouvait rien, car Macbeth n'était pas homme à prêter attention aux autres. Il la laissa s'effondrer dans son coin, faisant l'oreille sourde à tout ce qu'elle pouvait lui dire, par peur d'être contaminé par sa folie. Car elle devenait folle, c'était de plus en plus manifeste. Elle délirait, échappant à la réalité pour ne plus souffrir. Macbeth aurait pu le lui dire, que cela ne servait à rien. Qu'elle ne serait en paix qu'après sa mort. Mais il ne dit rien. Le simple fait de devoir le lui expliquer était trop fatiguant, à ses yeux.

Elle ne pouvait que s'éteindre, telle une flamme que plus rien n'alimente.

Le cœur de Macbeth était mort avec elle. Comme si elle incarnait les dernières miettes de son humanité, la seule chose qui le forçait encore à rester dans le droit chemin. A sa mort, Macbeth n'avait plus de limites. Il pouvait tout faire - et ne rien faire en même temps. Il pouvait devenir le tyran le plus dur de toute l'Écosse. Ou le roi le plus laxiste de l'univers. Il oscillait entre les deux comportements, aspirant à l'oubli. Par moments, il aurait aimé rejoindre sa femme dans l'au-delà. Mais il n'avait pas sa force de caractère, il n'arriverait jamais à se suicider. Il ne pouvait que laisser la vieillesse faire son œuvre.
Ou attendre que quelqu'un s'en chargeât pour lui, même si c'était précisément ce qu'il ne désirait pas.

Il ne pouvait pas prétendre qu'il ne s'y était pas attendu. Son obsession n'était pas fondement, ses craintes étaient réelles. Mais le fait de vivre enfin le moment fatidique était-il si effroyable que cela ? Tenant son épée fermement, Macbeth luttait contre l'hilarité. Il ne pouvait pas s'en empêcher, tant la situation lui paraissait drôle. Il savait que cela devait arriver un jour. Il savait que la boucle devait se boucler. Que celui qui tuait un roi devait s'attendre à être tué un jour.
Comme il avait grandi, le fils de Duncan. Il n'avait plus rien à voir avec le garçon qui avait perdu son père de façon inattendue, c'était devenu un homme, la tête haute et une expression déterminée sur le visage. C'était un guerrier, désormais. Et Macbeth le toisa de ses yeux qui ne voyaient plus aussi bien qu'autrefois, avec un regain de motivation surprenant.
Il ne s'était jamais senti aussi jeune.
Comme si le fait de devoir faire face à la mort lui rappelait tout ce qu'il avait fait dans sa jeunesse, et tout ce qu'il n'avait pas fait. Ses erreurs et ses manquements lui revenaient à la figure, et il comprenait qu'il n'avait pas vécu l'existence qu'il aurait dû mener. Il s'était montré faible et méprisable. Un homme qui s'était illustré par ses exploits, mais qui n'était au fond rien d'autre qu'une épave, ballottée par les événements et ses propres sentiments contradictoires. S'il s'était battu proprement pour obtenir le trône, il ne serait pas menacé en cet instant. Il pourrait encore jouir de son trône, si durement gagné... Oui, sa décision avait été mauvaise.
« Mais, Malcolm, me rendre est tout simplement impossible. »
Il était l'éclat de ces jeunes années, il retrouvait la lumière qui l'avait animé sur le champ de bataille, et qui semblait l'avoir déserté ces derniers temps. Alors qu'il luttait pour sa survie, croisant le fer pour défendre chèrement sa peau et sa couronne, Macbeth était sublime. Plus qu'il ne l'avait jamais été de toute son existence. Il y avait du charme, à se battre seul contre Malcolm, d'autres nobles et les soldats qui désiraient rétablir la lignée légitime sur le trône.
Macbeth ne pouvait échapper à ces blessures, ces points de douleur qui le transperçaient à chaque coup. Il était au delà de tout espoir, il ne pouvait plus se défendre, alors il encaissait ces coups plus mortels les uns que les autres. Il n'aurait même pas le temps de mourir vidé de son sang. Il était assailli de toutes parts, et même s'il était fort, une forteresse ne peut résister à une force surhumaine.
Et Macbeth tomba.

Son agonie fut curieusement brève et agréable. Il avait toujours pensé que mourir était douloureux, et ce n'était pas faux, son corps était une souffrance ; mais il était heureux. La peur de se faire ravir sa place s'achevait aujourd'hui même. Et même s'il avait échoué, même s'il était un perdant désormais, il était rassuré de savoir que, désormais, il pouvait tout oublier.
Macbeth ne désirait pas se souvenir de son existence passée.
Et il but l'eau du Styx.



Le temps a passé, depuis. Macbeth ne se souvient plus de tout ce qui s'est passé, pas plus qu'il ne conserve un souvenir précis des siècles qui se sont écoulés avant la rencontre avec cet homme. Celui qui saurait exploiter ses capacités, lui offrir une nouvelle existence qu'il n'était pas capable de se construire par lui-même. La paresse venant au secours de l'apathie. Cette nouvelle vie est plutôt confortable. Travailler jusqu'à l'épuisement ne le dérange pas : ce n'est jamais que du travail du bureau, et l'homme sent qu'il aura l'énergie nécessaire pour s'en occuper sans briser. Désormais, sa vie se résume à une montagne de papiers, et un homme qui, par certains côtés, ressemble à un gamin dont il faut s'occuper. Une existence simple, un peu frustre, dont il s'accommode sans peine, et avec brio. Son efficacité ne fait plus le moindre but, et l'ancien roi s'est ainsi adapté à la vie du quartier de la Paresse - ou presque, à quelques détails près.
Et puis, c'est sa manière de payer Caliban. Ou, peut-être, d'expier quelque chose ? La mémoire lui fait défaut, il ne sait pas, et l'idée l'angoisse. Quels péchés a-t-il pu commettre ? Comment a-t-il pu être paresseux alors qu'il est si bosseur désormais, cela ne fait pas de sens...
Il préfère ne jamais se souvenir.

Caliban est un peu le centre de son univers. Il est son patron, et se comporte comme tel, le laissant s'occuper de tout. Non que cela dérange Macbeth. Se sentant reconnaissant à son égard, et pas du tout dérangé par le travail administratif, qu'il fait de toute façon bien mieux que lui, c'est sa façon pour lui de le remercier de lui avoir donné une raison d'exister.

LIEN N°2 - DEUX LIENS OBLIGATOIRES MINIMUM PAR PERSONNE : Ennemis ? Amis ? Une classe que vous ne pouvez pas voir ? Les hommes vous horripiles ? C'est ici que vous pouvez dire ce que vous pensez des autres. N'hésitez pas à contacter les autres joueurs par MP. Une galerie des avatars est disponible dans la fosse.

Les jumeaux Leventhrope sont les immondes petits voleurs qui se permettent de s'emparer de la drogue des chambres du rez-de-chaussée du Dirty. Macbeth n'a qu'une seule envie : les prendre la main dans le sac et les forcer à payer. Malheureusement, Caliban ne semble pas de son avis, à son plus grand désarroi. Est-il donc le seul à considérer que le vol, c'est mal ?

LIEN N°4 - DEUX LIENS OBLIGATOIRES MINIMUM PAR PERSONNE : Ennemis ? Amis ? Une classe que vous ne pouvez pas voir ? Les hommes vous horripiles ? C'est ici que vous pouvez dire ce que vous pensez des autres. N'hésitez pas à contacter les autres joueurs par MP. Une galerie des avatars est disponible dans la fosse.

PSEUDO
HEADSHOT.
AGE
j'ai coutume de dire que j'en ai vingt, mais en réalité, je fête mes vingt-deux ans dans quelques mois, ce qui veut dire que j'en suis plutôt à vingt-et-un et demi. Mais ce sont des broutilles. /pan/
AVATAR
à vrai dire, il y a une petite erreur dans les crédités cités dans le prédéfini, l'image utilisée est un fanart de Lavi réalisé par pananada. Bref, c'est juste pour rendre à César ce qui lui appartient. (a)
UN TRUC A DIRE ?
très beau forum, c'est simplement dommage que l'arbre de navigation n'apparaisse pas dans les messages et dans la liste des sujets d'un sous-forum, j'avoue que ce n'est pas super pratique (ou alors il est trop bien caché et je ne l'ai pas vu. /meurt/)
J'ai craqué pour ce prédéfini. MACBETH. Mon âme de littéraire et mon âme de médiéviste sont joie. (même si en vrai, je ne connais quasiment rien du XIe siècle écossais, et mes connaissances en terme de conditions de vie restent très limitées mais... bon, je ne pense pas faire de gros anachronismes non plus)


Dernière édition par Macbeth le Ven 24 Juil - 20:02, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas







Learth Fuirae avatar
Messages : 137
Points : 9730
Date d'inscription : 23/02/2015

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Mer 27 Mai - 18:37

....

Personne pour répondre? Voila qui est bien impoli -la maîtresse de maison sera châtiée pour pareille attitude.

Dans ce cas, permet-moi de palier à cette incompétence en te souhaitant la bienvenue parmi nous! ... et pour te dire que j'adore le perso' que tu nous ponds pour l'instant, bien qu'il soit incomplet, et bien que je ne sache rien de Macbeth, autant sur le plan historique que littéraire (bonjour, je suis un scientifique perdu sur un forum littéraire).

Donc bonne chance pour compléter les deux trois parties manquantes, et je le répète: bienvenue, et puisses-tu te plaire parmi nous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Caliban avatar
Messages : 318
Points : 3851
Date de naissance : 06/02/1992
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 26
Localisation : Q5
Humeur : Planante...

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Jeu 28 Mai - 16:20

SMOKY'COME

Seigneur Lucifer, père de tous les pêchers, et de ses fidèles les plus motivés... Comment peux-tu ? Comment oses-tu ?! T'arrêter à ce moment précis où la pièce débute !!! Me -nous- laisser sur la faim !!! N'as-tu donc pas de cœur ?!!! ><

*hem* Ce que tu es en train de faire, c'est du génie pur et dur. J'ai sincèrement hâte de lire la suite.
De ce que je constate, tu sembles t'être bien approprié le personnage de Macbeth, et je m'en réjouis ! Tu es en train d'en faire un bâtard faignant, et j'aime ça !

Bonne continuation pour la rédaction de ta fiche.
Si tu as ne serait-ce qu'une question, n'hésite pas à tirer sur la corde autour du cou du STAFF ! Nous serons ravis de te répondre -en plus d'être pendu - !!

_________________

Et n'oublie pas de voter, la gueuse~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Asha O'Doherty avatar
Messages : 133
Points : 11205
Date de naissance : 07/07/1996
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 22
Localisation : Q0
Humeur : Flamboyante

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Jeu 28 Mai - 16:41

Whouah, mais cette histoire quoi *_* pour le coup j'ai lu l'oeuvre, et j'en adore encore plus ta présentation.

Donc bienvenu en Enfer, et bonne chance pour la fin de cette fiche, j'attends de pouvoir finir de la lire, ça promets o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Narcisse E. Céphise avatar
Messages : 280
Points : 5277
Date d'inscription : 03/05/2014

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Jeu 28 Mai - 16:45

Bienvenue ! Quel bon choix de personnage =3 On aime le théâtre, par ici.

Il avait été question d'un lien entre Macbeth et Narcisse... Caliban aurait parié avec Macbeth qu'il n'arriverait pas à rendre notre Orgueilleux accro à la dope du quartier des Paresseux. Macbeth devait se charger de cet odieux complot. Il faut voir si cette idée saugrenue trouvée au détour d'une Chatbox te tente et si tu veux partir là dessus ;)

Bonne fin de fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Jeu 28 Mai - 21:01

OH MON DIEU CETTE AVALANCHE DE MESSAGES EN UNE JOURNÉE, ET TOUS SI GENTILS, QU'EST-CE QUE C'EST BEAU. (si je commence à capslocker hard ça ne le fera pas, je le crains, du calme moi-même... →)

Learth: vois le bon côté des choses, tu as l'honneur d'inaugurer ma fiche. ♥ Oh, mais ce n'est pas un problème d'être un scientifique sur un forum littéraire, vous êtes un peu moins nombreux mais c'est pas grave, perso je vous aime bien. o/

Caliban: si tu savais comme ton message m'émeut et me rassure à la fois, je culpabilise de te (vous) laisser sur ta faim. Oui, je suis sans cœur, mais il était tard, j'avais envie de dormir et je n'ai pas du tout pensé un seul instant que cela allait te vous torturer. Mais allez, je vais peut-être faire un petit effort juste pour toi et continuer ma fiche ce soir, tu apprécieras l'effort. ♥ (vous pouvez répondre aux questions même en étant pendu je. J'ai peur. °°)

Asha: vraiment contente que cela te plaise dans ce cas, on espère que ça sera toujours le cas pour la suite. ♥

Narcisse: oh, moi aussi j'adore le théâtre, je regrette de ne pas pouvoir y aller, mais pas le temps. → Et j'adore l'histoire aussi. Surtout l'histoire médiévale. Et cette ébauche de lien est franchement intéressante, je ne vois pas pourquoi elle ne me tenterait pas, bien sûr que je veux partir là-dessus. **

Et j'allais oublier le plus important : merci pour votre accueil franchement sympathique. :3
Revenir en haut Aller en bas







Caliban avatar
Messages : 318
Points : 3851
Date de naissance : 06/02/1992
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 26
Localisation : Q5
Humeur : Planante...

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Jeu 28 Mai - 23:37

Hé. Ho. Le nouveau son de Manau
On est le Staff de Cantata mon coco.
On est pas des branquignoles !
Répondre à des questions quand on est pendus, c'est l'un des critères de recrutement~! XD


_________________

Et n'oublie pas de voter, la gueuse~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Ven 29 Mai - 12:47

Oh dear. Je peux venir mettre mon grain de sel ?

BIENVENUUUUUUE !

Bon, bin je ne vais pas faire dans l'originalité, mais je t'aime déjà. Et j'aime à savoir que Macbeth sera bientôt des nôtres :3
Bonne continuation pour ta fiche o/
Revenir en haut Aller en bas







Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Ven 29 Mai - 21:19

Mon dieu que j'ai peur. (a)
Et merci Marguerite. ♥
Revenir en haut Aller en bas







Eve avatar
Messages : 1302
Points : 18768
Date de naissance : 01/01/2001
Date d'inscription : 25/09/2013
Age : 2017
Localisation : Les draps de Virgil ~
Humeur : Enjôleuse ~

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Sam 30 Mai - 11:36

On attendais que la plus belle, sur cette fiche.

HELLCOME
En gros, en gras, en couleur, et ouais.


Je m'excuse de cette absence de réponse, mais y'en as qui bossent, contrairement à certain. (N'est ce pas, Learth ? :D)

Enfin ! Je suis contente de voir ce petit minois se dessiner dans les rues infernales de notre bien aimée Cantata-Mortis ! Un roux de plus parmi les damnés. On va conquérir le monde, dude. Si si la famille, rpz, hérétiques au bûcher. Ahem.

Un joli début de fiche prometteur, néanmoins, je vais rester en retrait sur cette dernière : Laissons au créateur le privilège de juger ta petite fiche ! Tu n'auras donc pas l'honneur d'admirer mon croupion princier plus longtemps. Mais je sais qu'on se retrouvera, Caliban et moi on a des comptes à régler. Et ce serais pas un bon paresseux s'il ne déléguais pas les tâches à son subalterne ! xD

Allez. Bisous sur tes fesses cadavérique. La droite, là.

_________________
Eve ♥️


Lost till you're found, swim till you drown, know that we all fall down. Love till you hate, strong till you break, know that we all fall down...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cantata-mortis.forumactif.org/






Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Sam 30 Mai - 21:45

Mais tu n'as pas à t'excuser voyons, je te remercie jolie rousse. ♥ (Et au plaisir de te retrouver (a).)
Revenir en haut Aller en bas







Eve avatar
Messages : 1302
Points : 18768
Date de naissance : 01/01/2001
Date d'inscription : 25/09/2013
Age : 2017
Localisation : Les draps de Virgil ~
Humeur : Enjôleuse ~

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Lun 15 Juin - 17:23

Bonjour, bonsoir, tagada tsoin tsoin !
Je viens à la pêche aux nouvelles de ta jolie bouille rousse !

Où en est l'avancement de ta fiche mon beau ? Ton délai est écoulé depuis belle lurette, et rien à l'horizon ! Un soucis ? Des questions ? Nos boites à MP sont ouvertes !

Mais attention, c'est juste pour toi...

_________________
Eve ♥️


Lost till you're found, swim till you drown, know that we all fall down. Love till you hate, strong till you break, know that we all fall down...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cantata-mortis.forumactif.org/






Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   Mar 16 Juin - 11:27

J'ai déjà prévenu Caliban par mp pour lui signaler que je ne pouvais pas continuer ma fiche avant le 19, en fait. (a)
Revenir en haut Aller en bas







Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.   

Revenir en haut Aller en bas







 

Un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Plein le cul de palpatine et de son sénat de mes deux
» Ouvrir la porte d'un avion en plein vol pour fumer...
» En avoir plein le slip...
» salut a tous je vend plein de truque
» durler en plein air

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum